Изображения страниц
PDF
EPUB

fation ; lors que n’estant que Capitaine d'yi nauire, auec son vaisseau il re batrit vne fois contre treize Dunquerquois, en coula trois à fonds, se demesla glorieusement des autres, percé comme un crible, Congrand courage & le mespris qu'il fic lors de la mort le fit tolljours admirer, quand affailly, cramponné & accroché de costé & d'autre par deux nauires, & enuisonné du reste, pluftoft que de Aeschir & fe rendre à ses ennemis quil'inuitoientà de mander quartier ; il auoit mis son fils aisné aupres des poudres , vne mesche allumée à la inain ,& ordre de ne manquer point d’y. mettre le feu aussi tost:qu'il luy commande roir, ou qu'il le cueroit luy-mesme. Il eut la meilleure partà la victoire neraux ses maistres obtinrent en l'année 1639 sur l'armée. nauale d'Espagne ,, aux Dunes d'Angleterre. Il rendit de grands seruices à la France au siege de la ville de Grauelines, laquelle il tint cependant bloquée par mer; c'estoit le fleau des Espagnols & deuingredoutable aux Portugais au Bresil; mais il mourutenfin comme les autres hommes, & non pas fon renom. Les deux fils qu'il auoit là empescherent qu'on ne iertast fon corps,gros & rępleç dans la mer, ny qu'on l'ouurist aucunement pour ietter du sel dans ses entrailles, afin delę conseruer : la puante odeur que rendoit ce

Z

les Estats ge

que

cadavre faillità nous faire creuer, legoust des viures du nauire sembloit estre infecté de la putrefaction. La grande quantité de poix dór onauoit enduit son corps & son cercuëilcouuert & enueloppé de quatreou cinq pieces de voiles l'vne für l'autre, destrempées dans le gauldron, & ainsi cachédans le sable en la pifcine , ne pouuoit pas nous garantir du mauuais air qu'apportoir cette corruption : par cinqou six fois l'on se mit en deuoir de luý donner les eaux &les poissons pour sepulture, afin de nous deliurer de cette inconimodité, inais à cause qu'il nous falloir aborder en Zelande , où estoient leurs parens, il estoità craindre que n'y estans pas les plus forts, ils ne nous en eussét fait mordre les doigts,nonobstant toutes nos raisons cela nous obligea å constamment patienter. En cette souffrance acconipagnée de l'eau puante, pleine de bouë & de vers pour nostre boisson , & des vieilles viandes gastées pour nostrę manger, nous ne vismes presque point ou peu de poissons , les Pilotes nous mènerent passer à quelques cinquante lieuës, & derrierre les illes Flamandes, & parvn'endroiton on affeure que iamais on n'yaveu la mer paisible, mais sans cesse efmeuë & agitée: nous fulmes cinq iours à le paffer auec vn vesit tant contraire & vne fi continuelle tempefte, que nos nauires qui

[ocr errors]

n'estoient pas des meilleures nous donnerent de l'apprehension, les grosses vagues entroiét fouuent dedans & faisoient pomper pour rejetter l'eau, trois fois plus qu'à l'accoustumée:le Vice-admiral qui ne pút refifter aux rudes secousses des ondes se fendit, & letrauail & le soin furent grands à secourir & fauuer ceux de dedans , dont quelques-uns fe noyerent; les reschapez furent dispersez dans les autres vaisseaux, celuy-là & tout son équipage perit entierement; vn autre faillit å en faire de mesme, ce qu'il éuita par l'industrie des charpentiers, qui radouberent soigneusement les endroits par où l'eau entroit , & la quantité de trous que les vers auoient fait dás le bois pourri du fonds du nauire où ils s'estoient engendrez, mais non pas si parfaitement qu'il ne fallut par iour , & sans relasche donner quatre millecoups de pompe à moins que de se laisser submerger. Apres estre sortis de dessus ces ordinaires orages nous entras, mes dans vne mer plus tranquille , mais où aussi nos vaisseaux se trouuerét arrestez à tous momens par quantité de tirses &fcüilles grá, des & larges, entrelassées les vnes dans les aus tresà la façon du lierre, ayantsyn fruit sem, blableau guy de chesne, assemblées en forme de bandes grandes & vnies, de cinq ou six pas de largeur & de longueur à l'infini, distants comme de cinqou six cens pas plus ou moins, qui arrestans nos vaisseaux tout court, nous obligeoient à descendre dans les chaloupes pour couper les obstacles qui nous empefchoient:les Pilotes qui ne voyoient point paroistre la terre, iettoient trois ou quatre fois la sonde pariour, afin d'apperceuoir si nous en estions proches

' : ne trouuants point de fonds, dans l'incertitude du séjour que nous pouuions faire, la portion de nos viures fur retranchée , & lors mesınes

que

les Pilotes nous iugeoient derrierre l’Escosse , nous vismes paroistre deux nauires, courusmes apres &fçeusmes qu'ils estoient & s'en retournoiét à Hambourg, Republique du Septemtrion qui n'a guerre auec aucun Prince de la Chreftienté & n'apprehende que le Turc & les P1rates ; ils estoient partis de Desportes, port le plus renommé de Portugal apres Lisbonne, chargez de vins d'Espagne, oranges, citrons & marrons, nous tournasmes nos voiles à eux pour les approcher, qui se doutans bien

que nous n’estions que quelques affamez,& qu'il n'y auoit point de profit à nous accoster, talchoient à nous esloigner. Cela recognuen les poursuiuant & ne pouuants les ioindre que d'vne portée de mousquet, on leur lascha vn coup de canon, &la nuit furuenant, le lendemain matin ils-fe rencontrerent malgré cum

[ocr errors]

crainte

par le moyen du vent tout proche de nous:on leur fit à l'abord present de deux boulets de canons; eux qui virent qu'ils ne pouuoient plus nous esuiter, enuoyerent en vne chaloupe dans nostre nauire Admiral, outre ce qu'ils donnerent en apres aux autres, deux bariques de vin d'Espagne & crois corbeilles de citrós, oranges & marrons, & de plus en distribuerét confusément quantité sur le tillac , qu'ils faisoient achepter aux soldats & matelots à tirepoil & coups de gourmades. Ils aduoüerent auoir apprehende nostre accez, que ce ne fust des Pirates, parce qu'il n'y auoit pas quinzeiours que cinq vaisseaux Turcs ayants lâ banniere Hollandoise surprirent trois nauires d'Hambourg sortans de Lisbonne &à quelques trente licuës en mer; que le Capitaine &le Pilote de l'un de ces nauires qui les emmenoient auec eux , ayants reconnu que c'estoit des brigands, que les autres estoient pris & venoient pour traiter de mesme leur nauire, ne pouuoient eschapper de leurs mains, fans dire mor à leurs gens & feignanes d'aller visiter ces vaisseaux incognus , descendirent seuls dans vn esquif, s'exposerent à la mercy des vagues sans boussole, voilesny viures,voguerent à l'hazard l'espace de trente licuës, & finalemens ils arriuerent comme miraculeufement à Desportes, sans du depuis auoir apa

« ПредыдущаяПродолжить »