Изображения страниц
PDF
EPUB

Les autres sont assez mal bastis:mais durantle temps que nous y estions Chassan Baffa en faifoic bastir yn sur la riuiere du costé de Septentrion, lequel sera comme l'on peut cognoistre par les fondemens, & le proiect, le plus beau de tous , & le plus grand. Il est balti de, certains carreaux beaux & grands, que l'on trouue en terre hors la ville, qui sont des ruines, à ce que je croy,de l'ancienne Babylonc. Quantaux maisons des particuliers, la maison de Mustapha Aga, de Mehemet Aga, & de Mutucugi me semblent les plus belles; toutesfois il nịy a rien qui soit

, par trop exquis. Toutes les femmes de ce pays-là, aų moins la plus grande partie, se font yn trou. au travers du nez, & y attachent vne bague. Ceux de la ville ont extremement en horreur l'odeur du Mysc, & croyent que ce soit vn poison à leurs pețițs enfáns. Et pource que les marchands d'Europe en font grand traffic, l'on nous chassa d'un quartier de la ville, où nous auions pris chambre:pource que le peuple pensoit que nous volussions faire traffic de M ysgosla.

- L'on vit en Babylone autrement appellée Bagader, bien & à bon marché; le pain,leving les fruits, le laict, & la créme, qui y est tresexcellente, y sont à neant. Semblablement la chair de mouton, de Gazelles; volailles, & pigeons, mais sur tout les plus delicates perdrix du monde, desquelles nous n'acheptions le couple que deux gazettes Venitienes, qui font dix-hujet deniers. Les plus grands fangliers

' n'y coustent que demny teston. Pareillement les estoffes pour s'habiller font à fort bon prix,&y a des espiceries de toutes fortès. Ce qui y eltchetc etil'argeht,pour le profar duquel l'on payo ordinairemene cinquante par an. Les Mords& les Turcs y fontbeaucoup plus courroisentersdes estrangers.qu'e'n aucune partie du monde, où i'aye iamais cfté. Il aduint vniour qu'vn Turc cstaňt yuredégaisna sur nous son poignard, dont Hallan Balla estanc aduerei commanda que sur le champ l'on luy donnast centicoups de bafon sur les plantes des pieds, & fur les fesses; ce qui n'auroio pas efté chastié en Alep. La Tour de Babel est loinig de la ville douxiouro nées au moins.Il y en a vneaütve,quieft demic iournée loing, laquelle les Venitiens onrappellée la fauffe cour. Les Mores la nomment cn-lour langage CARCY qui signifie fan crifice d'agneau. Nous sciousnafmes à Bart bylone deux mois & plus, attendant qu'il y cuft Carauane, & que le Bassa du lieu payalt à Monsieur Scedley quelqué argent qu'il luy deuoir à taisons de certains draps d'oł; d'argent & de foyé qu'ilsluyauoicbftez. Mais

[ocr errors]

ayant trouué bien cinq cent Perfans Pelea rins , qui alloient à certaines deuotions qui font en ces quartiers-là, nous allasmęs auec eux, mais non pas par le droit chemin, iufques aux confins du Sophide Perse, & loüalmes des mulets & des cheuaux qu'auoient quelques-yns d'eux. 152.17s

Nous partismes de Babylone le quatriefme Nouembre mil cinq cens nonante huic à Soleil couché, & marchasmes tout le long de la nuict fans voir aucun village ny maifoncierenrio! - Le lendemain matin cinquiesme à Soleil leué, nous arriuasmes à vn village appellé D.OCHAL A. Tout le paysages de Babylone iufqués à ce lieu-là, c'est vne plaine, laquelle estant cultiuée feroit fertile en beaucoup d'endroitssibleft arrousé par certaines digues ou canaux, par lesquels l'eau s'espánche qui vient du fleuue Tigris.

Le fixiesme nous partifmes de Dochała quant Soleil leué, & à trois mille delà nous vismes, un village beau & bien situé cftant à main droite, & eft hors du chemin vn trait d'arc, l'on l'appelle ANGIGSIA. Et ayant

le milieu d'un autre fort peuplé, nous arriualmes à vn grand bourg, qu'ils appellent CHASA'N DA, auant midy. If y a femblablement de DOCHALA à CHASANIA

[ocr errors]

passé par

vne

vne campagne, mais le chemin est;vn peufafcheux à cause des retranchemens , & fossez qu'ils font pour conduire l'eau par les champs Nous partismes de CHASANIA à deux heu-, res apres le Soleil couché, où nous trouualmes le chemin fort mauuais à cause de certaines collines, ruisseaux ;, & torrens dont estions arrosez. Mais li tost que nous en fuf-, ines hors, nous rencontrasmes vne campagne fort sterile , & à Soleil leuant cnuiron les sept heures du matin, nous arriyasmes dans vne vallée, ou lieu bas, au milieu de deux fofi. sez,où ceux du pays disent que iadis il y auoit vne grande ville, de laquelle nous ne vismes aucun vestige, mais seulementyn grand amas de terre ramassée en vn tas. Ce lieu est eslois gné des eaux, & en eusmes làgrande disette; & s'appelle Bat, suiuant qu'il nous fut rapporté par la guide de la Carayane , comme lont aussi appellez tous les lieux semblables. Et en apres nous paffasmes par vn petit bois afsez plaisant, outre lequel & plus auant enuiron d'un millez nous vinsmes en vn grand defert, dans lequel tous les Persans ; & leurs guidesse fouruoyerent pour venir à leurs deuotions de SA:MARR A, tellement que depuis disner iusques à yne grande partie de la nuict nous ne fismes que tournoyer ça- & là, fans recognoitre le chemin : Enfin nous nous ar

1

P

restasmes pour reposer, & pour rafraischir nos montures, & lelendemain,qui fut le hui

iefme du mois,on nous enseignale chemin: & fort peu de temps après nous descouurismes les Tours de SAMARRA , où nous arriuasmes sur les dix heures. Cette yille fut anciennement fort grande, comme l'on recognoist par les ruines vis à vis de ce qui reste de Samarra,estant d'enuiron de deux traits d'arc: L'on voit les mazures d'vne Mosquée, qui à mon iugement doit auoir esté vn des plus admirables edifices du monde, qui a au dedans de son circuit vné tour fort haute, auec son escalier fort large qui est au dehors, & cft bafti en limaçon. Le Seigneur a nom Samarra, qui a donné le nom à ce lieu: Il y est enterré auec sa femme, & ses enfans dans vne chambre ou chapelle dorée fort richement & proprement ; & les Persans de tous âges, & de tous sexes y vont en grande deuotion, de laquelle le gouuerneur du lieu reçõit beaucoup de commoditez. Nous y demeurasmes tout ce iour, & la moitié de la nuict, attendant que les Persans eussent pa. racheué leurs deuotions. Ce qu'eux ayant fait nous partismes, & cheminans le reste de la nuict, nous arriuasmes deux ou trois heures auant midy en yn autre licu de deuotion appellé SCHERSCHERSENE, ce qui aduinc

« ПредыдущаяПродолжить »