Изображения страниц
PDF
EPUB
[ocr errors]

stiens. Mais à cause d'ABORICE, qui estoit prés delà, nous eschapasmes, ne voulant pas permettre que nous, qui n'auions faict aucun mal, payassions le sang espanché du turc. ABORICE ett Roy des Arabes qui denieure ordinairementen Mesopotanie, campe dans des pauillons, & në veut iamais entrer en aucune ville. C'est vn Prince qui a assez de Maiesté, bien formé de la personne, d'âge d'enuiron de trente-deux ans, mais qui a le cuir fort noir. Il auoit yn grand haras de chamcaux de plusieurs milliers, desquels il se sere côme d'vn bouleuard pour clorre son camp, fotce petits chcuaux, & oyleaux de proye, & leopards pour prendre les GAZELLES. 1. Le 15. iour ceux de nostre compagnie allerent faire leur present audit Roy, & luy faire la reuerence. Le present estoit quatre , robes de lanres d'or,& d'argent,à quoy contribuerent les Venitiens, d'autant qu'eux, & nous eftions dans vne mesme barque.

Le seiziesme iour yn de nos hommes d'aairon fuft blené d'vne fleche qu'auoic decochéýn Arabc,& au mefme lieu futencore yeu

vn lion.

· Le dix-feptiesme enuiron le point du jour, il aduint yn malheur àvn de nos maistres de nauire, lequel en dormant sur le bord de la riuiere, fe fentit arracher de fa tefte son Tul

TIOCHE.

bent, & pleuuoir sur son chef vne tres-dangereuse bastonnade que luy deschargea vn Arabe lequel ne pût iamaisestre atteint,bien qu'vne grande partie des nostres luy fussent en queuë , fe iettant dans vn bois prochain bien ayse dc fon butin. Le mesmc iour nous arriuasmes aux masures d'vne ancienne; ville appellée en langue Arabesque Zelbe;affife lur yne colline, sur le sommet de laquela le il y a Vn chasteau. Iadis elle estoie lentourée de muurailles de la façon de celles d'Ant

Doi:lol::!:-1!. Le 18. nous vinsmes à DÉR, qui eft vn bourg fermé, où nous nous arreftasmes de puis midy, iusques au point du iour du londemain dix-neufuiefme.Ce mesme iour à Soleil couchant, nous arriuasmes à vn chasteau, qui est trois ou quatre

trasts d'arbalestedás le territoire de RABBA, & delà auant la nuict close nõus vinsmes à vn village qu'on appelle AZIER A, aupres duquel nous demeurasmes

cette nuict-là, & le lendemain matin qui similis rasio sed feli. estoit le vingtiesme, nous paslasmes aupres ac Seleucie Euphrace beaucoup de bastimens faits pour conduire nieuwe Tigri zehagnan. l'eau , qui font elleuez comme piliers par defdi modus ibi maniu të- sus icelle, qui donnoient mille incommodi

tez à nos barques, pource qu'il y a de tresgrandes roues, par le moyen desquelles on enuoye l'eau à la campagnei Nous ça ful

Plin. lib. 18, c.18.

peratur,

mes fort incommodez par l'espace de quatre ou cinq iours. En apres nous trouuasmes d'autres engins pour tirer l'eau'auce vn bæuf, ou autres bestes propres à cela, afin d'arroufer la campagne; l'on trouue en ce quartierlà force sangliers & chcureuils.

. Lelendemain vingt-& vniesme auantiour nous prismes nostre route vers Ana, mais nous n'y pusmes abborder ce iour-là, nous sejournalmes le reste de la nuiet dans vn lieu distant d'AŅA de cinq mille, & le pays d'entre-deux est tres-fertile, plein d'arbres, & de verdure

Le vingt-croisiesme deux heures apres Soleil leué nous arriuasmes à Ana, elle a dans fon enclos sept petites illes tres-belles, qui sont comme petites villes, où il croist force dattes. Nous partismes d'ANA apres midy, & vinsmes coucher à vn village qui en eft efloigné de dix mille ; d'où nous partismes le lendemain auant iour vingt-quatriesme Septembre. Tour ce jour-là, nous ne vismes rien digne de remarque hors yne pecite ille qui estoit tres-fertile. Le soir nous arriuasmes en vne ville grande & fort ancienne qui s'appelle ADITA.

Nous partismes delà le lendemain vingtcinquiesme de bon matin, apres midy nous yinsines dans vn autre, où il y a d'assez beaux

,,ij ܘ

bastimens, en ynbeau chasteau, encores qu'il fust fort vieil.

Le vingt-fixiesme nous passasmes vn beau paysage & fort fertile , & vismes yn petit hameau assisen bon lieu, & delà auant la nuict nous vinsmes à ITh ville fort antique, qui a vn chasteau enuiron vn mille loing d'ITH. Il y á vne grosse source de laquelle coule du BITVME à gros morceaux, la terre mesme d'alentour, & les cailloux rendent du Bitu-: me,& ceux du pays disent que quand la Tour de Babylone fut edifiée l'on venoit prendre là le Bitume. Cette fontaine est horrible à cause de son eau, & ebullition qui est noire, elle est appellée communement la bouche de l'enfer, tous les champs d'allentour produisent grande quantité de falpetre.

Levingt-sept nous ne paffasmes par aucun bourg ny village, mais nous vismes infinis trouppeaux & haras, & force engins auec lesquels les bœufs & autres animaux tirent l'eau pour arrouser la campagne. Nous ne prismes pas grand reposcette nụict-làzmais aussi-toft qu'eusmes souppé, nous nous iettafmes tout doucement au fil de l'eau.

Le vingt-huictiesme nous arriuasmes à Faly GĖ, où nous seioúrnalmes deuxiours, attendant commoditéde channeaux pour nostre bagage, & d'autres montures pour nous

[ocr errors]

monter, & puis en vn iour nous arriuasmes à Babylone. Elle est bastic sur la rįuiere TEGRIS), de la grandeur ou enuiron d'Alep, mais elle n'est pas si peuplée. Elle est du cot; sté du Nord ou Bize, Leuant , & Midy clo. sé de murailles, hors le cofté de midy où passo le feuuç Tigris, lequel on passe fur vn ponr| de batteaux attachez ensemble, & pár def-> sus y a des ais, & à lentour des courtines. Le chasteau de Babylone est bastysà vn bouc de la ville entre Midy & Septentrion. Il estal: sez grand, mais non pas beaucoup fort, nonobftant qu'il ayt forcespieces d'artillerie. Les Tours sont rondes bien basties , partie de pierres & carreaux de couleur violette! On y voit des mazures de vieux bastimens, comme le cabinet du Calife aupres du pont à main gauche en entrant dans la ville , & vne grande Mosquée ruinée vis à vis de l'autre costé de la riúiète. Il y a encorcs quelques colomnes ou aiguilles assez belles , & quelques Mosquées,

comme celle qui est aupres du chasteau. Lóny voicaufli vnepecite forteresse, qui est plus à bas vers l'Orient du mes me costé du fleuue. Il y a semblablement förees Chans ou palais, ou les marchands ont leurs demeures , & leurs magazins : Le plus beau est celuy de Cicala qu'il fit bastir eltant gouuerneur de la prouince. Le second est celuy de Murar.

o ij

« ПредыдущаяПродолжить »