Изображения страниц
PDF
EPUB

68. Nous parlerons plus à propos plus bas de ces apparitions.

69. C'eft vne forte de boüillie faite auec graiffe, miel fauuage, & des cheueux des décedez hachez menu. Ainfime le difoit le traducteur, mais il fe trompoit par fa traduction mesme,qui distingue les os pillez, les cheueux coupez menu, meslez dans du miel fauuage, auec le Tapioha. Or comme il s'eft erompé en fon explication, auffi a- il fai& au mot; car au lieu de Tapioha, comme i'ay defia dit cy-deffus, il faut dire, Tapioja, ou Típiaca, qui est le fuc exprimé de la racine de Mandioque qui eft comme du caillé, ou ionchée de laict,duquel on faict des tartes, & gatteaux au Brafil. Les femmes mangerent ce Tapioja separement, pour leur faire.comme on dit bonne bouche, apres auoir mangé des os, & du poil auec vn peu de miel. De ce Tapioja, ou Tipiaca, & de tout ce à quoy il fert en cuifine, a parlé Marcgrauius en fon histoire naturelle du Brafil liu. 2. ch. 6. 70. Il y afi peu de temps qu'on frequente les Tapuics, qu'on n'a pas encore diftingué dans les cartes du Brafil les lieux qu'ils habitent, & n'y a que huit ans que le curieux,& laboricux Monfieur de Laet dans fa defcription du Brafil, n'en parloit qu'à taftons . Marcgrauius qui a escrit en mil fix cent qua

[ocr errors][merged small]

rante huict, quoy qu'il en die dauantage, ne nous rend guere plus fçauants, ie m'attache pourtant à luy pluftoft qu'aux autres auરે theurs, parce qu'il a eu communication des relations de ceux qui dernierement ont efté chez les Tapuies, notamment de celle de Iacob Rabbi, & d'Elie Herckman. Or il me femble qu'encore qu'il ne conuienne pas en noms auec Baro, qu'il conuient en fituation des lieux, & qu'il approche des noms que Baro nous donne dans cette relation. Baro dit, que des Salines & de la riuiere Vpane

me,

à laquelle il arriua le trefiefme du mois de luin, le quatorfiefme d'iceluy illogea auec Iandhuy fur les bords de Pottegie, où il feiourna iusques au dix-neufuiefme & que du 19. iufques au vingt-cinquiefme auquel iour il aborda la riuiere de Vvuvvug, il campa en vn lieu fans nom, où il demeura pour les fubiects y declarez, ainfi il y a d'Vpaneme iufques à Vvuvvug trois iournées. Il adioufte fur le vingt-fixiefime,& vingt-fepticfme dudit mois, qu'on fit la recolte du mil, ou Mays, qui eftoit és roffes de landhuy. Voyons comme Marcgrauius s'accorde aucc luy, hors les noms en fon liu.8. ch. 4. où il dit auec Laet au 6. ch.liu. 16. des Indes Occidentales, que de la riuiere Vpaneme,iufques à Yporinge, s'eft Pottegie de noftre autheur,

& d'Ypotinge iufques à Vvarerugh, s'eft noftre Vvuvvug, il y a trente deux mille, qui reuiennent aux trois iournées que noftre autheur a mis à faire ce chemin, lequel decouurant que la demeure principale de Iandhuy auec fes roffes eftoient en ce lieu, monftre que ces deux noms n'eftoient que d'vne riuiere, laquelle Marcgrauius dit encore auoir eu le nom de Oftchunogh, duquel la fource est dans le continent à cent mille de la mer du cofté du Sud, vers laquelle habite Iandhuy & fes gens, occupans vn long espace de terre entre la fource de ladite riuiere, & celles d'Otfchua ayuch, & Drerinagh, defquelles il n'eft faict aucune mention par noftre autheur. Noftre traducteur m'a dit, que la riuiere de Vvuvvugeftoit efloignée de la montagne Matiapoa de quatre lieuës, & qu'il y auoit des crocodiles en cette riuiere qui portoient neuf à dix pieds de long.

71. Les Brafiliens ont des melons, citroüilles, concombres, & courges. Curuba qui est vne courge ayant les fueilles de concom→ bre, & rempant de mefme, s'attachant par des petits ligamens tortus à tout ce qu'elle rencontre, entre lefquels & les fueilles viennent des petits calices ronds & efpois d'vn iaune verd, ayant cinq fueilles du milieu defquelles fortent de grandes fleurs vnies par

le dehors, mouffuës par le dedans d'vn iaune délaué, feparé par des lignes verdatres. Le fruict eft long de quinze doigts, efpois d'onze, l'escorse d'vn pourpre rougissant, marquettée comme celle des melons ;. la chair d'vn iaune blanc, d'vn flair & gouft femblable à nos poires fauuages. Il y a en ce pays des melons d'eau appellez Iaée par les habitans, Balancia des Portugais, & des Flamens Ouva-etre meloen. I'en ay veu des fleu ris au iardin de mon pere, qui n'ont raporté aucun fruict,mais bien eftant femez à la campagne fur de bonnes couches bien cultiuez, & expofez au Soleil, leurstiges font femblables aux tiges des autres melons, mais leurs fueilles font en toufe decoupées iufques au bas, plus longues que larges, & toufiours droites. La fleur eft petite & iaune, ayant s fucilles, & vn petit vmbilique au milieu de mes me couleur que la fleur, le fruit eft rond, gros comme la tefte d'vn homme, ayant la peau verte, la chair rouge au milieu, blanche au deffus, elle eft iufculente, & de bon gouft, elle rafraichit, & iette telle quantité d'eau, qu'on en peut boire en exprimant la chair. Sa femence tient de la figure de celle de courge, le fruict eft meur en ce pays en Nouembre & Decembre, encore qu'au Brafil ce fruit fe voye toute l'année. Cette plan

te ayme vn fol fterile labouré, & fumé. Il y a de ces melons qui ont la chair verte, beaucoup plus fauoureufe que l'autre.Marcgrauius au lių. premier de l'hiftoire des plantes du Brasil ch. 11. lequel au ch. 21. du mefme liure nous donne la figure d'vne autre espece de melon rond ayant la peau de couleur de cinabre,marquetée de blanc faisant mille figures fur les coftes comme font les noftres, la chair eft de couleur de safran, & les grains blancs qui font semblables aux noftres de mefme que la fleur. Les fauuages appellent ce melon Iurumu,les Portugais Bobora. De Laet en fes Indes Occidentales, a donne vn autre nom aux melons d'eau, que les precedens, fçauoir Vuacen, c'est au liu. 16. ch. 12. Ils ont auffi des courges en forme de bouteilles, & des concombres fauuages, qui portent des fruicts de la groffeur d'vn œuf de poule, la femence eft rangée de trauers femblable à celle de nos concombres, longuette & blanche qui eft la couleur du fruic. De Lery au ch. 13 de fon Amerique dit, que les Toupinambous peuples du Brafil ont des citrouilles, qu'ils appellent Maurongan,rondes & meilleures à manger que les noftres. Ils ont outre celles-cy deffus nommées des courges, ou calebaffes fi grandes & profon des qu'elles leur feruent comme de magafin,

[ocr errors]

a

« ПредыдущаяПродолжить »