Изображения страниц
PDF
EPUB
[blocks in formation]

de deux Tatous que nous auions tué auec
l'aide de mes chiens , & les Aleches des Ta-
puies, qui estoient auec moy, & Murotti,
sans auoir aucune chofe à boire.

Le trosiesme tirans d'Occident au Nort
nous passasmes des campagnes pierreuses &
espineuses iusques à la source de ladițe ri-
uiere de Monipabu , où nous-seiournasmes,
pendant qu'vn de nos Tapuies s'aduança
dans la montagne voisine, pour y chercher
vn sien compagnon qui venoit louuent en
icelle.

Dés le point de l'Aube suiuante nous marchasmes iusques au Midy parmy desroches, où nous prismes des rats appellez Yperie, que nous hímes rostir, & lesquels nous mangeasmes auec du miel fauuage.

Le cinquiesme du courant ayans trouué la piste d'vn homme, & icelle suiuie, nous retournasmes à ladite source de Mompabu, delà à celle d'une petite riuiere sans nom où nostre fouper fur d’yn peu de miel lauuage.

Le fixiesme & feptiesme paffez auec langueur & peu de chasse, nous vismes la montagne, où il nous failloit aller pour trouuer les Brasiliens , & peu de temps apres nous arriuasmes dans l'Aldée Terapislima, le chef de laquelle estoit Iean Vviqauin, qui nous re

26.

[ocr errors]

Сc iij

[ocr errors]

27. 28.

ceut amiablement, & nous donna à manger du Mays, qu'on appelle en France bled de Turquie,des pois & feues, & nous fit boire du miel sauuage. Nous trouuasmes auec luy les Tapuies, la piste desquels nous auions fuiuis depuis la source de la riuiere de Mompabu.

Le huictiesme Vvioauin me vint trouuer, aúquel ayant demandé ce qu'il faisoit dans ces bois si esloigné de nous , & de ses compatriotës, il me dir, que c'estoit à cause de la guerre , entretenant la paix auec ses voisins les Tapuies, leur donnant librement de ce qu'il auoit lors qu'ils le venoient visiter. Que les ennemis auoient pourtant esté deux fois chez luy, pour tascher à le tirer à leur party. Ce qu'ils auoienr faict aussi à landhuy, depuis vn mois; & ne sçauoit ce qu'ils auoient resolu ensemble, ne sçachant autre chose fur ce subiect que ce qu'il en auoit oüy dire à deş Tapuies, qui ne demeuroient qu'à deux journées de luy. Ie le priay de me dire où estoit le bon viellard landhuy. Il me repliqua, qu'il estoit dans les bois auec ses gens pourchercherà viure,qu'il n'y auoit pas longo temps qu'il estoit venu en son Aldée pour visiter les rosses, qu'il y retourneroit lors quelles seroient meures. Que fans me mettre en peine que je l'enuoyalle chercher, &

19.

qu'auffi-toft il me viendroit trouuer , [çachant bien qu'il m'aymoit, luy ayant

fouuent oüy parler de

moy. l'enuoiay de bon matin chercher le viellard, & enuiron midy, vn de ceux que ieluy auois enuoyé, nommé Mandubi,retournant me dit, qu'il amenoir vne grande troupe de Brasiliens, qui venoient pour habiter aupres de l’Aldée de Vvioauin, flie leur voulois donner vn billet d'assurance. le leur demanday comme ils fçauoient mon arriuée , & pourquoy ils me demandoient ce billet, s'ils auoient fait tort à quelqu’yn puis qu'ils youloient changer de demeure. Ils me repartirent, qu'ils (çauoient tres-bien non arriuée, que les officiers des Brasiliens qui demeuroiết plus bas, les menaçoient à tous momens de les chasser, c'est pourquoy ils s'estoicntreso--lus de chercher vne autre demeure que la leur,& se ioindre aux Tapuies, pour recou-

urer facilement des viures dans les bois, pour eux, leurs femmes,& enfans, qui souffroyent · beaucoup au lieu qu'ils i vouloient quiter, qu'ils pouuoient resister à leurs ennemys,& seruir à leurs amis, estant dans les bois, ou ils auoienr dessein de baftitivne grande Aldée , & se maintenir en paix par leur nombre sans rien craindre; & foustenir l'effort de la guerre s'ils y estoient neceffitez.

[ocr errors]

1

le proposay à tous ces Brasiliens , que s'ils me vouloient promettre de ne rien attenter contre les Hollandois, & leurs alliez, au contraire, de suiure leur party, & interests enuers & contre tous,estre amis de leurs amis, ennemis de leurs ennemis, & me donner aduis de tout ce qui se brasseroit contr'eux, dans Rio Grande, où estoit ma demeure, que ie les receurois en ma protection & sau ue-garde. Ils me le iurerent ainsi , me promettant de m'amener incontinent tous ceux de leur brigade pour faire le semblable , en leur donnant le billet d'assurance qu'ils me demandoient , attendant l’approbation des Nobles puissans, & l'adueu de Messieurs de la Compagnie des Indes Occidentales.

Le Soleil à peine estoit leué, que le principal de l'Aldée lean Vvioauin, enuoja fes gens à la chasse, & à la queste du miel fauuage, nous vescumes de ce qu'ils apporterent.

Le onziesme sur les dix heures du matin les Brasiliens du bas arriuerent en l'Aldée où nous eftions, les habitans de laquelle les receurent auec grands cris de ioye, & propos d'allegreffe.

Cela faiet vits me demanderent tous vn - billet d'assurance afin qu'aucun officier Brafilien n'éust å les contraindre de sortir de leurs demeures, delirant s'establir en ce lieu

ou i'e

30,

où i'estois , s'il n'y estoient point mole. Stez, par les officiors Brasiliens, la domi- . nation desquels ils ne peuuenç soufrir , finon qu'ils s'en iroient si loing, que personne ne les pourroit trouuer , aymans mieux obeyr aux estrangers.qu'à ceux de leur nacion. le leur dis qu'encore que ie leur donnalle vn billet de ma main que cela leur seruiroit de peu, sans l'aprobation des Nobles puissans mes maistres, ausquels ie parlerois aufi-toftqucie serois au Reciffe,& que ie leur enuoyerois ce qu'ils me demandoient incontinent

que

ie l'aurois receu. Ils repartirent, que i'çusse à leur donner le billet d'assurance qu'ils rcqueroient par prouision, attendant la confirmation de Meffieurs, parce que dans le Certan, il y auoit,& des Tapuies,& des Brasiliens , qui emmenoient tous ceux qu'ils trouuoient, ce qui causoit vne grande Tumeur entr'eux: mais que quand ie leur auTois donné vne fauue-garde , qu'ils ne s'eftonneroient plus d'aucune chose,& diroient à tous ceux qui les viendroient chercher, qu'ils n'auoient plus de pouuoir sur eux, oftans à ceux de ma nation, & nonà autres, me promettans de luy demeurer fidelles , & descouurir les trahisons qui se trameroient contre

elle moyennant salaire. Ils me le iuTerent tous ainsi , & leurs chefs aufli , qui

Ꭰd

31.

« ПредыдущаяПродолжить »