Изображения страниц
PDF
EPUB

RAPPORT

SUR LES OBSERVATIONS MÉTÉOROLOGIQUES FAITES SUR LA MER ATLANTIQUE ET DANS LES ISLES ANTILLES,

DANS LES ANNÉES II, 12 et 13.

PAR M.T GAROLA CAPITAINE AU CORPS IMPPÉRIAL DU GÉNIE.

FAIT PAR M.' VASSALLI-EANDI

LE 9 JUIN 1805 A LA CLASSE DUS Sciences PhysiQUES

ET MATHÉMATIQUES DE L'ACADÉMIE DE TURIN.

Il en est des productions littéraires, comme des autres

objets : le prix qu'on leur attache est en raison de leur agrément, de leur utilité et de leur difficulté. Les observations météorologiques que M. GAROLA vient de présenter à la Classe sont précieuses sous chacun de ces trois rapports. Ayant eu lieu dans des contrées où les Européens n'approchent guère que par l'appât des richesses ou de la domination, comme étrangères à leur- objet, elles ne sont pas enregistrées, et parlà elles sont très-rares; ayant été faites avec les précautions nécessaires pour reculer les bornes de nos connaissances sur la nature de ces climats, elles sont de la plus grande utilité; le parallèle qu'elles nous présentent des modifications de l'atmosphère dans ces pays avec celles du nôtre, ne laissent pas d'inspirer de l'intérêt à tous ceux qui s'occupent des Sciences Physiques.

L'Auteur a fait usage du therinomètre de Réaumur et il a indiqué les circonstances principales, dans lesquelles il a fait ses observations. Elles sont renfermées en trois tableaux.

Dans le premier M.' Garola présente la température de l'air à midi à l'ombre dans le mois de ventôse an it, sur la Mer Atlantique, du 29. degré et 24 au 19. et 26' de latitude, et du 27. me degré et 25' de longitude au 66.me et 24', et la température de l'eau à six brasses de profondeur dans cet espace de la Mer.

La température la plus élevée a été de 21.° le 29 ventôse, le ciel étant serein. Le même jour et à la même heure sur l'Observatoire de l'Académie le thermometre exposé au Soleil a été à 18.°,8 le ciel étant à demi couvert, et le 24 du même mois le ciel étant serein le thermomètre aussi au soleil a été 19.9,5, d'où il paraît que dans les jours sereins nous avons eu au soleil àpeu-près la même température que M.' GAROLA a eue à l'ombre sur la Mer Atlantique

Il examina la température de l'eau à six brasses (12 mètres environ ) de profondeur, et quelques jours elle s'est approchée de celle de notre atmosphère à l'ombre dans les jours plus chauds du mois. Mais celle de la mer n'a varié que du 17.me au 19. me degré, tandis que

l'élévation à midi du thermomètre exposé au nord sur l'Observatoire a varié dans les mêmes jours du 16.me degré à 0,5 au-dessus de la glace.

M.' GAROLA a noté que pendant ces observations le vent a toujours été d'Est, que la haute température de l'eau est remarquable, et que dans l'espace de mer sus-énoncé l'eau paraît toujours lumineuse à la moindre agitation.

Dans le second tableau l'Auteur offre les observations sur la température de l'air au lever du Soleil, à deux heures après midi à l'ombre, et quelquefois aussi au Soleil dans les mois de pluviôse et de ventôse an 12, à Kingston dans la Jamaïque, et il y ajoute l'état de l'atmosphère dans chaque jour du mois. Dans le mois de pluviôse à Kingston l'élévation du thermomètre au lever du Soleil a varié du 17. au 21. degré, et à deux heures après midi à l'ombre du 22.° au 27.4; à Turin le ther-, momètre exposé au nord a varié au lever du Soleil de 1.°, 5 au-dessous de la glace à 3.°,2 au-dessus, et à midi d'un degré au-dessous de la glace à 11 degrés audessus. La plus grande chaleur au Soleil à la Jamaïque a été de 35., et à Turin sur l'Observatoire de 21.°,8.

Dans le mois de ventôse à la Jamaïque le thermomètre est resté au lever du Soleil entre 17.0 et 19.0112 et à deux heures après midi entre 25.0 et 20.°, et sur l'Observatoire de Turin à l'exposition du nord entre 11.°,2 au-dessous de la glace, et 4°112 au-dessus au lever du Soleil, et 2.',1 au-dessous et 13.°,2 au-dessus de la glace à midi. La plus grande chaleur au Soleil a été de 38.° à la Jamaïque, et de 17.0112 à Turin.

M. GAROLA observe que le climat de la Jamaïque

2

[ocr errors]

est bien plus chaud que celui de S. Domingue, quoique la différence dans la latitude ne soit que d'un degré environ.

Dans le troisième tableau M'. GAROLA présente les observations faites au Cap Français Isle de S. Domingue situé au 19.0 46' de latitude septentrionale dans les mois de floréal, prairial et fructidor an 12, et dans les mois de vendémiaire et brumaire an 13. Les limites des va. riations thermométriques au Cap Français dans lesdits mois de l'an 12, ont été au lever du Soleil du 16.e au 22.° degré. A deux heures après midi à l'ombre, qui est l'heure de la plus grande chaleur, du 22. au 28. degré et au Soleil du 32.° au 38. degré.

Les variations thermométriques à Turin sur l'Observatoire ont été dans les mêmes mois au lever du Soleil du 3.° au 18. degré; à midi à l'ombre du 10. au 26. degré, et au Soleil du 16. et 12 au 33. et 112 degré.

Dans les mois de vendémiaire et bruinaire an 13 , les variations thermométriques ont été au Cap Français au lever du Soleil du 17. au 21.° degré, à deux heures après midi à l'ombre du 19. au 26. et 112 , et au Soleil du 34.9 au 36. degré. Dans les mêmes mois à Turin sur l'Observatoire de l'Académie, les variations thermométriques ont été au lever du Soleil d'un degré au-dessous de la glace à ni degrès 112 au-dessus , midi à l'ombre du 4.0,8 à 23.9,6 et au Soleil de 15.°, 3 à 30.0,4

Par ces deux tableaux il est évident que les variations thermométriques soit à la Jamaïque, soit à l'Isle de S. Domingue, ne sont pas même la moitié de celles que nous avons à Turin.

L'Auteur a noté qu'au Cap Français le Soleil a passé au Zénith le 29 floréal à midi, en ajoutant plusieurs autres observations intéressantes.

Considérant que ces tableaux avec les notes y jointes donnent des idées plus précises du climat des pays , où les observations ont été faites, que celles des autres voyageurs, je propose à la Classe de les faire connaître dans ses volumes et de nommer l'Auteur, Correspondant de l'Académie.

VASSALLI-EANDI.

« ПредыдущаяПродолжить »